News

Petite PEB News l juin 2019

 

Du changement dans l’air!

Nous traversons une période avec des changements importants, perpétuels et très rapides au niveau des réglementations énergétiques. Depuis le début de la PEB, nous avons subi non moins de 28 versions de logiciel PEB. Il faudra s’attendre, dès la formation des nouveaux gouvernements, à de gros changements qui affecteront le parc immobilier existant, avec des obligations de rénover.

Pour le neuf, l’entrée en vigueur de la nouvelle méthode de calcul PEB, planifiée pour le 1er janvier 2019 a été reportée au 1er juillet 2019 (sauf pour les bâtiments publics, en vigueur depuis le 1er janvier 2019). En Flandre, cette méthode est déjà en vigueur depuis l’année passée.

Pour tous les bâtiments qui ne rentrent pas dans la catégorie ‘bâtiments publics’, les exigences PEB ne changeront par contre pas jusqu’en 2021.  Cependant, à partir du 1er janvier 2021, les exigences Q-ZEN(Quasi Zéro Energie)/NZEB (Nearly Zero Energy Building) seront d’application pour tous les bâtiments résidentiels et non-résidentiels.

Pour l’existant, de gros changements en perspectives à l’horizon 2050 : le gouvernements bruxellois sortant a adopté ce 25 avril dernier sa stratégie rénovation. Première étape : les certificats PEB seront obligatoires pour tous les logements pour 2025. Seconde étape : obligation de rénovation pour atteindre au moins un certificat PEB C+ de l’ensemble du parc en 2050, avec pour chaque bien une obligation de réalisation de travaux tous les 5 ans pour atteindre au maximum de 100kWh/m²an. A cet effet, le certificat PEB sera adjoint d’une feuille de route contraignante. A bon entendeur, les certificat PEB G faits à la « va-vite » seront donc vite oubliés : Il conviendra, pour ne pas perdre de valeur immobilière, de bien savoir justifier de la qualité de la performance énergétique des maisons.

 

La nouvelle méthode de calcul vient avec quelques nouveautés en 2019, dont voici quelques-unes des plus importantes:

Utilisation des données Ecodesign pour le chauffage local
Evolution positive : l’ancienne méthode de calcul considérait une valeur forfaitaire pour le rendement de production, qui dépendait uniquement du type d’appareil de production (poêle au bois, gaz, …) et du type de combustible (bois, pellets, gaz naturel, propane, …) ce qui était pénalisant. Pour les appareils de chauffage locaux qui satisfont déjà aux conditions Ecodesign, on pourra utiliser l’efficacité énergétique saisonnière réelle. Il faudra encore attendre jusqu’en 2022 pour les chauffages locaux à combustibles solides (charbon, bois et pellets), pour qu’ils soient également couverts par ce règlement. Cependant, la nouvelle méthode de calcul permet toutefois un encodage plus précis qu’auparavant.

Adaptation du calcul simplifié de la consommation d’énergie auxiliaire des ventilateurs
D’habitude les valeurs par défaut à prendre en compte quand on n’a pas les informations sont plus pénalisantes. Ce n’était pas le cas de la méthode simplifiée d’encodage des ventilateurs qui était plus avantageuse que l’encodage détaillé des ventilateurs. Cela a été changé dans la nouvelle méthode de calcul.

Changement réglementation ventilation – Adaptation du calcul du débit de ventilation par l’ouverture manuelle des parties ouvrantes
Le calcul du débit de ventilation par ouverture de parties ouvrantes a été adapté, le débit pour la ventilation intensive pris en compte sera en général plus grand et cela réduira le risque de surchauffe.

Adaptation du calcul pour les systèmes d’énergie solaire photovoltaïque
La nouvelle méthode permet une augmentation de la production d’électricité évaluée.

Possibilité d’encoder un éclairage indépendant (PEN)
Dans la nouvelle méthode il est possible, sur base volontaire, d’encoder l’éclairage indépendant. Ça peut être bien, quand on sait valoriser les caractéristiques et les systèmes de contrôle de ce genre de luminaires mais également quand on a des pièces uniquement éclairées par des luminaires sur pieds, car l’ancienne méthode de calcul considérait un éclairement à 500 lux pour 20 W/m².

 

Quel est l’impact de l’exigence QZEN sur la conception des bâtiments?

La procédure administrative PEB reste identique. Par contre, les exigences sur les systèmes évoluent progressivement, mais ne changent pas drastiquement lors de l’application du standard Q-ZEN/NZEB.

A Bruxelles, depuis le 1er janvier 2019, l’exigence de Consommation d’énergie primaire (CEP) des unités non résidentielles neuves et assimilées à du neuf (bureaux, enseignement, locaux techniques) a été renforcée.  Le niveau CEP passe de 60 à 45 kWhEP/m²an pour un label NZEB.

En Wallonie, le niveau K=35 reste d’actualité. C’est le niveau Ew qui passera de 65 à 45 et le Espec de 115kWhEP/m²an à 85kWhEP/m²an pour les unités résidentielles à partir du 1er janvier 2021. Pour les unités de bureaux et enseignement l’exigence de besoin en énergie primaire Ew passera également de 65 à 45 en 2021. Une étude de pertinence de renforcement des autres parties fonctionnelles pour 2021 est également en cours.

Pour plus d’informations, la région Wallonne a développé un « Guide pratique pour construire votre logement Q-ZEN » :

https://energie.wallonie.be/fr/guide-pratique-pour-construire-votre-logement-q-zen.html?IDD=119145&IDC=7498

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *